Mardi 06 avril 2021

Extrait de l'article de Lucie Leduc, actuellement étudiante en Mastère Spécialisé Economie Circulaire dont les travaux portent sur une étude bibliographique thématisée.

50 à 100 litres d'eau douce par jour et par personne

Alors qu’une personne a besoin de 50 à 100 litres d’eau douce chaque jour, il faut noter que les ressources en eau d’un territoire dépendent à la fois de la quantité et de la qualité disponible. Ces deux paramètres sont impactés par le changement climatique et les activités humaines qui agissent sur le cycle de l’eau.

Article Mastère Spé-Ressources eau douce
Source : Kazmierczak et al., 2019

Conséquences de l'augmentation des températures

Depuis les années 1900 les températures ne cessent d’augmenter avec une moyenne de +0.3°C par décennie, en France et dans le monde. Ce sont les impacts du dérèglement climatique : augmentation de l’évapotranspiration, la sursaturation de vapeur d’eau ou encore la condensation dans l’atmosphère.

Alors que les précipitations annuelles ne présentent pas d’évolution marquée depuis 1959 en France, elles sont toutefois caractérisées par une nette disparité suivant les régions et les saisons, ce qui entraîne une tendance des précipitations à augmenter depuis la seconde moitié du 20ème siècle, indiquant une augmentation des évènements de précipitations intenses.

La quantité d’eau douce disponible est répartie sur la planète dans différentes proportions et dans différents lieux comme les glaciers, les eaux souterraines, les lacs, les cours d’eau, l’air et les sols. Or ces éléments évoluent avec la hausse des températures et les modifications des précipitations. En France, la sécheresse des sols est en très nette augmentation depuis les années 1990, ce qui provoque une diminution de 5 jours d’enneigement par décennie, or la neige a une fonction de « château d’eau » : en fondant progressivement durant le printemps et l’été, quand les précipitations se font plus rares et la demande plus importante, elle maintient le débit des cours d’eau essentiel à l’activité humaine. Avec des débits plus importants en hiver et plus faibles en été, ces activités économiques sont « provisoirement » corrigées par la fonte des glaciers.

Un enjeu majeur pour la préservation d'eau de qualité

Du côté qualitatif, les pollutions aux nitrates et aux pesticides représentent un risque de contamination de longue durée, c’est pourquoi maintenir leur bon état qualitatif et quantitatif dans les années à venir est un enjeu majeur.

La quantité d’eau douce de qualité disponible en France a déjà commencé à diminuer et elle va s’accentuer avec l’accélération du changement climatique, cela aura une incidence sur les activités humaines et sur les ressources vitales dont l’homme aura besoin.

Pour lire l'article complet et retrouver les sources bibliographiques, c'est ici !

L'actualité du moment

Colloque écotoxicologie-contamination urbaine sur la santé environnementale
08/06/2021

Colloque écotoxicologie - Rencontre internationale avec la participation de Cyclann, l'unité de recherche UniLaSalle Rennes

#Cyclann
En savoir plus
Santé psychologique des étudiants : UniLaSalle Rennes - EME aide les jeunes Covid 19
07/06/2021

Un soutien pour la santé psychologique des étudiant·e·s "Breton·ne·s"

#Vie étudiante
En savoir plus
Journée de la biodiversité : abeille, symbole
20/05/2021

Journée internationale de la biodiversité : tous concernés

En savoir plus