Mardi 12 mai 2020

Malgré le confinement, nos doctorants poursuivent leur thèse. C’est notamment le cas d’Amira Almansba. Zoom sur ses travaux de recherche qui allient environnement, chimie & santé publique.

Améliorer le traitement des composés pharmaceutiques dans les eaux usées, en enjeu de société majeur

Les composés pharmaceutiques font actuellement partie des substances les plus couramment retrouvées dans divers systèmes aquatiques. Leur présence dans l’environnement représente une menace pour la santé publique et les écosystèmes en général. Les systèmes de traitements classiques ne sont pas suffisamment efficaces pour l'élimination de ces polluants. De ce fait, une nouvelle classe de procédés a été développée : les procédés d’oxydation avancées (POA) tels que la photocatalyse.

Dans le cadre de la thèse, nous entreprenons une étude sur l’intensification d’un procédé photocatalytique pour l’élimination de polluants pharmaceutiques au sein d’un réacteur compact utilisant la technologie de la fibre optique (FO). L’innovation réside dans le tissage simultané de fibres optiques et de fibres textiles servant à supporter à la fois le TiO2 et à diffuser les rayonnements UVA.

Une étude comparative a été réalisée entre la FO et un procédé photocatalytique conventionnel utilisant du TiO2 déposé sur du papier cellulosique (PC). La comparaison a été réalisée dans des conditions similaires en termes de gramme de TiO2 déposé par m2 de media photocatalytique. Les grandes différences entre ces deux configurations viennent principalement de la consommation énergétique qui est beaucoup plus importante dans le cas du TiO2/PC. La différence réside également dans le volume du réacteur utilisé. En effet, du fait de la nécessité d’une source de lumière externe dans le cas de la photocatalyse classique (TiO2/PC) le volume du réacteur est plus grand.

 

Des résultats expérimentaux prometteurs

Les résultats expérimentaux obtenus nous ont permis de conclure que l’utilisation de la technologie du textile lumineux engendre une réduction drastique de la consommation énergétique ainsi qu’un gain en compacité et en efficacité photocatalytique pour l’élimination de polluants pharmaceutiques.

 

Une thèse internationale

Cette thèse est conduite dans le cadre d’un projet financé par une bourse de doctorat PROFAS B+ (programme franco-algérien via Campus France).

Elle est co-encadrée par UniLaSalle Rennes - EME, l'ENSCR et USTHB-Alger. Cette thèse est principalement réalisée dans le laboratoire d'UniLaSalle Rennes - EME et encadrée par Abdoulaye Kane (co-encadrant- UniLaSalle-EME), Abdeltif Amrane (Direction de thèse en France- ENSCR) & Aymen Assadi (co-encadrant-ENSCR).